AutoRetroMotoEventsClubForum
Automag






De AUDI à AUDI en passant par DKW !

Première publication : 15 décembre 2003, mise en ligne: vendredi 19 décembre 2003, par bob

Nous sommes en 1932, DKW est l’une des quatre marques qui, avec Audi, Horch et Wanderer constitue le groupe Auto-Union symbolisé par les 4 anneaux enlacés. Avec l’appui du nouveau gouvernement national-socialiste, cette marque s’illustrera bientôt en compétition avec de formidables voitures à moteur central et deviendra, commercialement parlant, le numéro deux allemand derrière Mercedes-Benz.

JPEG - 32.6 ko
Moto DKW années 20.

Jorgen Rasmussen est le fondateur de DKW, Deutsche Kraftfahrzeug Werke. DKW a débuté par la production de motocyclettes à Berlin, et en 1928 sort sa première automobile. Une petite voiture à propulsion, dont la structure est partiellement composée de bois, mais l’originalité de cette auto est qu’elle est animée par un petit moteur deux cylindres deux-temps de 584 cc.

Trois ans plus tard, en 1931, DKW prend son essor avec la première voiture traction avant de grande série jamais produite en Europe. La DKW F2 proposait un moteur 584 cc et la F1 un 490 cc deux-temps avec suspension avant à roues indépendantes. Face à ses concurrentes de l’époque, la DKW a techniquement une bonne dizaine d’années d’avance.

JPEG - 46.4 ko
DKW F8 cabriolet dans les années ’30.

Pendant la seconde guerre mondiale, les usines Auto-Union sont reconverties dans la production de moteurs d’avions. Lorsque la paix est revenue, toutes les unités de production

JPEG - 26.7 ko
1940, DKW fait partie du charroi de l’armée du 3è Reich.

qui se retrouvent derrière le "rideau de fer", dans la zone d’influence soviétique, à Zwikau seront nationalisées par le nouveau régime politique et deviennent IFA. Plus tard c’est là que l’on produira les Trabant, tandis qu’en Pologne l’ex-DKW devient Syrena.

L’activité Auto-Union est regroupée dans une nouvelle usine à Düsseldorf et DKW lance la Sonderklasse, une petite traction avant équipée d’un moteur 3 cylindres (qui existait déjà avant guerre).

JPEG - 40.2 ko
1958, les élégantes DKW 3=6.

L’industrie automobile d’après guerre en Allemagne se rationalise, et Mercedes-Benz devient actionnaire majoritaire d’ Auto-Union à la fin des années ’50. DKW a produit de jolis coupés dénommés Auto-Union 1000, mais c’est avec ses modèles de plus grande diffusion que la marque bâtit sa réputation. La gamme junior composée des F11 et F12, plus tard la F102, un modèle de taille intermédiaire. Cette F102 devient une Audi en 1965 suite au rachat d’Auto-Union par Volkswagen.

JPEG - 26.2 ko
La gamme junior composée des F11 et F12.

En 1966, la marque DKW est abandonnée au profit d’Audi dont le nom n’avait plus été utilisé depuis bien avant la guerre. L’usine de Düsseldorf ferme et DKW disparaît. L’histoire retiendra que le fondateur de DKW, Jorgen Rasmussen, avait pris la direction d’Audi en 1929 avant de former Auto-Union et que la première Audi d’après-guerre n’est qu’une DKW rebaptisée...

JPEG - 47.1 ko
L’armada des invincibles Auto Union de 1937.

Peu de gens savent qu’ Auto Union est à l’origine de records de vitesse et que les voitures de course ont dominé les Grands-Prix dans les années ’30. Dans ces années là, Auto Union a développé, sous la direction de Ferdinand Porsche (encore lui !), une voiture de Grand-Prix révolutionnaire par sa technique, un 12 et ensuite un 16 cylindres de 520 cv placé en arrière du poste de pilotage (du jamais vu pour l’époque !), les suspensions indépendantes et une carrosserie aérodynamique. Ces voitures ont connu un succès énorme fin des années 30. Hans Stuck a mené la voiture à la victoire au Grand-Prix d’ Allemagne, Suisse et Tchécoslovaquie. Rosemeyer finissait le Grand-Prix de Tchécoslovaquie avec 6 minutes d’avance sur son rival !! En remportant les Grand-Prix d’ Allemagne, Suisse, Italie, il a été couronné champion d’Europe. A la veille de la guerre, le bolide Allemand alla remporter le Grand-Prix de Donington en Angleterre devant le public Britannique choqué d’assiter à une telle humiliation de ses héros locaux. La voiture n’était pas facile a maitriser, l’engin était si puissant qu’il était difficile de le maintenir sur la piste à des vitesses de plus de 200 km/h. Une version plus aérodynamique de cette voiture de Grand-Prix a été produite dans le but de battre les records du monde de vitesse. Ce qu’elle fit d’ailleurs, pointée à 276 km/h pour le tour de circuit le plus rapide, et elle atteignit la vitesse de pointe de 440 km/h.

JPEG - 41.4 ko
La légende au musée.

Aucune de ces voitures de records n’a survécu au temps passé... soucieux de garder une trace de cette légende, Audi a fait réaliser une réplique exacte de la voiture. Elle est actuellement visible au DKW-Audi car museum à Ingoldstadt, en Allemagne.


Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


home        |        forum        |        Recherche

Automag © 2007 Privacy Policy Terms Of Use