AutoRetroMotoEventsClubForum
Automag






Votre auto sort de l’hiver, quelques vérifications s’imposent !

Première publication : 15 mars 2004, mise en ligne: dimanche 7 mars 2004, par Tom

Le soleil est de retour, bientôt le printemps et l’envie vous reprend de sortir votre ancienne du garage, c’est bien normal. Mais avez-vous fait le petit ménage avant de remiser votre auto au garage pour l’hiver ? Mwouais, je vous entend déjà dire « un peu, mais je ferai le reste plus tard... »

Alors si ce n’est pas encore fait, c’est le moment d’y regarder avant de vous lancer sur les petites routes !

JPEG - 34.9 ko
Le manuel d’antan stipulait "entretien graissage".

Vérifiez les niveaux.

Soulevez le capot pour vérifier si tout va bien du côté du moteur. Vérifiez les niveaux, tirez la jauge d’huile, moteur froid et à l’arrêt. Le niveau d’huile doit se situer entre les deux repères, de préférence vers le maxi. Jetez un coup d’œil au liquide de refroidissement. Faites l’appoint si nécessaire pour retrouver la ligne du maximum, et s’il présente un aspect brunâtre il vaut mieux le remplacer. Regardez aussi au réservoir de liquide de frein. Le niveau ne doit jamais descendre au-dessous du minimum. En théorie, il ne faut jamais en rajouter. Quand le niveau flirte avec le mini, c’est signe que les plaquettes ont de l’usure, cela se remarque aussi par une pédale de frein qui attaque trop bas et un frein à main qui remonte trop haut. Si le niveau est en dessous du mini, faites l’appoint et surveillez l’évolution car peut-être avez-vous une fuite. C’est grave ? Et bien, sans liquide, il n’y a plus de frein du tout ! Pensez aussi à vérifier le niveau de la boîte, on le fait trop rarement.

Mettez de l’huile, il faut que ça glisse.

Une porte qui grince, que c’est énervant ! Profitez de l’occasion pour mettre un peu de graisse dans les arrêtoirs de portes après avoir nettoyé l’endroit des poussières et des dépôts de sable, cela fera cesser ce bruit désagréable. Pensez aussi à mettre un peu de graisse au silicone dans les glissières des vitres de portières, c’est tellement plus simple que de forcer sur une poignée récalcitrante pour faire remonter la vitre lorsqu’il se met à pleuvoir. Les serrures et mécanismes de portes, coffre et capot méritent le même traitement. Privilégiez le graphite pour les serrures, car le mélange d’huile et poussières risquerait à la longue d’empâter la serrure. Le remède pour les câbles de frein à main, d’accélérateur, d’embrayage et système de chauffage est un coup d’aérosol d’huile dégrippante suivi d’une injection d’huile fine. Evitez la graisse qui se fige au froid.

JPEG - 24.1 ko
Le lubrifiant silicone, idéal pour les éléments en caoutchouc.

La timonerie du levier de vitesses est dure. Au fur et à mesure que la graisse de timonerie du levier de vitesses se charge en poussières, le mécanisme se fige est se grippe. Une giclée d’huile dégrippante ne suffira pas dans ce cas. La graisse doit pouvoir pénétrer pour être efficace. Démontez alors l’articulation du levier et nettoyez les pièces. Puis remontez le tout en lubrifiant avec de la graisse au silicone.

Mais que sont devenus les graisseurs ?

Voilà une question qui m’a été posée par un passionné qui s’étonnait de ne plus trouver de graisseurs sur sa voiture moderne. Hé bien oui, il y-a une trentaine d’années un entretien périodique s’appelait « vidange - graissage ». Depuis l’invention des pièces « graissées à vie » l’entretien s’est traduit par un abandon pur et simple de l’opération graissage. Les stations ont remisé le graisseur pneumatique, et les garagistes ne touchent plus au pot de graisse. Le remplissage de nombreux graisseurs à billes (pivots de train avant, croix de cardans ect) était très sale et polluant, et l’apparition des matières plastiques a condamné cette pratique. Mais il reste encore bon nombre d’articulations et mécanismes qui grincent et pleurent leur ration de graisse. Les charnières de portes par exemple n’ont jamais été munies de graisseurs, même dans les années 30.

JPEG - 23.2 ko
Embout graisseur, pompes à graisse ... voilà du matériel qui n’est plus d’usage sur les automobiles modernes.

A chaque grincement sa graisse.

Le bon bricoleur ne possède pas qu’un seul pot de graisse. Il existe un produit adapté à chaque problème. Pour lubrifier un mécanisme le traditionnel tube de graisse n’est pas forcément la meilleure solution. Il faut que le lubrifiant soit compatible et qu’il pénètre au cœur du rouage. Pour un montage constitué de pièces plastique, l’emploi de graisse silicone est idéal. Pour un accès difficile, on peut utiliser un aérosol. Pour les graissage qui doivent résister à l’eau ou à la température, l’idéal est la graisse graphitée. Pour favoriser le coulissement avec les pièces en caoutchouc, préférez les silicones en bombe.

Réoxygénez le radiateur.

Le radiateur de refroidissement de votre auto est au premier plan pour recevoir insectes, feuilles, poussières et autres indésirables. En général après l’été il est rempli de saletés qui ne donnent rein de bon pour la mécanique : lorsque le radiateur est obstrué, le flux d’air a du mal à le traverser et à le débarrasser de son surplus calorifique. Conséquence, le moteur risque la surchauffe. Votre mission est donc de bien faire le ménage sur les ailettes du radiateur. Mais attention, un radiateur c’est aussi fragile. Pas question d’utiliser des objets pointus ou de brosse métallique, préférez une brosse à chiendent et rincez bien au jet d’eau. Vous pouvez aussi passer un coup de nettoyeur à pression, mais pas trop près pour ne pas abîmer les ailettes du radiateur.

JPEG - 47 ko
Radiateur sale et encombré = risque de surchauffe.

Batterie.

Votre voiture démarre mal ? Vérifiez les cosses de batterie. Si elles sont couvertes de sulfate, le courant passe moins bien. Nettoyez bornes et cosses à l’aide d’une brosse spéciale. Eliminez le sulfate à l’eau claire et séchez le tout avant de remonter. Serrez bien les cosses et enduisez-les d’une bonne couche de graisse ordinaire. Elles seront bien protégées. Vérifiez le niveau de votre batterie, le liquide doit se trouver au-dessus des éléments. Si nécessaire faites l’appoint avec de l’eau distillée seulement.

JPEG - 31 ko
Le sulfatage de la batterie, une maladie facile à éviter.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


home        |        forum        |        Recherche

Automag © 2007 Privacy Policy Terms Of Use