AutoRetroMotoEventsClubForum
Automag






Rallye fagnes hivernales...Fagnes infernales !

Première publication : 2 mars 2005, mise en ligne: mercredi 2 mars 2005, par bob, Raymond COLLIGNON

L’histoire, les origines :

A Verviers, dans ce petit coin de l’est de la Belgique, juste avant la Germanie, depuis maintenant quarante cinq ans, une bande de fous enthousiastes organisent impeccablement un rallye réservé uniquement aux voitures d’avant 1931 décapotables !

Cette bande, c’est la section Verviétoise du « Royal vétéran car club de Belgique ».

Depuis pas mal d’années, la neige manquait cruellement à ce rallye et les plus anciens, se souvenant d’épiques organisations dans les années 5O, n’arrêtaient pas de se plaindre en psalmodiant « Il n’y a plus d’hivers ! ».

Et bien cette année, ils ont été gâtés car il est revenu ce fameux hiver, rigoureux, agressif, blanc à n’en plus finir.

Dès le Samedi 19/O2 au petit matin la neige est tombée, recouvrant un ancien manteau blanc qui n’avait pas encore fondu là haut sur la Fagne.

En cette aube froide, 54 courageuses voitures anciennes de plus de 74 ans se sont réunies sur la place du Martyr à Verviers, prêtes à en découdre sur les petites routes Ardennaises.

Aux pieds de CHAPUIS, le seul vrai révolutionnaire wallon, les extra-terrestres en pelisses et casques de cuirs ont paradé comme des paons avant de s’élancer à l’assaut des côtes enneigées.

Le rallye :

L’itinéraire est relativement long et difficile, surtout tenant compte des condition climatiques et du type de voitures acceptées.

Le premier jour, le rallye parcourt environ 13O kms pratiquement constitués uniquement de petites routes totalement enneigées.

En passant par Hockai, Malmédy, les téméraires ont atteint à midi Bechefa sur les hauteurs de Vielsalm où s’organisait un « repas de chasse » à l’ancienne.

Là, ces aventuriers ont dégusté de la grosse soupe, les pieds dans la neige, en se réchauffant aux flammes d’une grande flambée et en racontant déjà leurs histoires fantastiques.

JPEG - 47.2 ko
un beau moyen de réchauffer les gants humides ...

Pas une seule voiture n’est arrivée jusque là sans avoir été poussée dans les côtes et s’être payée des grands dérapages entre les murs de neige...

Avec des AMILCARS et des BUGATTIS, on peut considérer cela comme normal, en tous cas faisable, mais lorsqu’on manipule une FORD A, une BRASIER 19O4, une SWIFT 19O9 ou une LORRAINE DIETRICH 19O7, cela commence à friser l’exploit !

De très belles voitures étaient en effet au départ de cette quarante cinquième édition, les nombreuses AMILCAR, les BUGATTIS Brescia, 35 et 37, FIAT 5O9 course, CHENAR et WALCKER, BENTLEY, CADILLAC, BUICK, CHRYSLER, RALLY affrontaient leurs calandres sans vergogne.

La plus vieille des voitures était une BRASIER 19O4 amenée de Hollande par son propriétaire Monsieur BIEKENS, une des plus récente était la RALLY 193O venue de France avec Alain BLANC.

Les gens s’amusent vraiment en faisant ce type de rallyes. Il suffit de voir la mine réjouie de ces grands gamins pour comprendre que vivre cette folie là n’a vraiment pas de prix !

A la fin de la journée, l’organisateur a écourté l’itinéraire, seules les plus volontaires parcourant la totalité du menu pour arriver à Houffalize déjà tard dans l’après-midi.

Il était temps car le bourgmestre les attendait de pied ferme avec son vin chaud et ses bières spéciales...

La soirée fut longue, la nuit courte pour certain, quand on aime, on ne compte pas !

Le retour à Verviers :

Le lendemain, il est déjà temps pour le retour vers Verviers.

La route est un peu plus courte, car il faut arriver à midi pour permettre aux pilotes d’encore un peu banqueter avant de ramener les belles dans leurs pénates.

L’itinéraire caracole quand même à travers les hautes collines au dessus de Spa sur des chemins totalement enneigés qui finissent par dévaler sur Verviers en courbes lignes.

Quand on participe à un rallye comme celui là et qu’on fréquente ces merveilleux fous, on ne peut que les admirer en songeant à la multitude de collectionneurs qui n’oserait jamais sortir leurs perles dans des conditions aussi dantesques.

Bravo messieurs, vos prouvez que vos voitures sont vraiment « automobiles » et que l’état immobile ne leur convient guère, encore moins celui d’icône de vitrine dans lequel se confine pourtant une multitude de voitures de collection.

Celles qui ont roulé ici ont en tous cas trouvé le truc pour devenir immortelles !

Barouder partout et dans toutes les conditions, n’est ce pas le plus beau des rêves surtout quand on a près de cent ans et qu’on ne se sent pas du tout vieille avec toute cette vie qui bouillonne encore devant soi !

Raymond Collignon.


Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


home        |        forum        |        Recherche

Automag © 2007 Privacy Policy Terms Of Use