AutoRetroMotoEventsClubForum
Automag






Dans le baquet de droite... à l’Historic Rally !

Première publication : 26 octobre 2005, mise en ligne: mercredi 26 octobre 2005, par Daniel PIGEOLET

Dans le baquet de droite...

Le gaucher a encore frappé... Les numéros à relier sont mélangés ou en double. Piège garanti. Et moi qui pensais que ce genre de difficulté n’existait qu’en régularité et en Experts !!



.

Il y avait bien longtemps que je n’avais plus participé à un rallye organisé par l’équipe d’Automag. Il me semble que c’est en 2003, aux Légendes, avec Christian Boileau sur DAF Marathon. Se confronter avec les spécialistes du rallye de navigation, avec leur grand nombre de contrôles de passage, ainsi qu’avec les contrôles seconde dont je n’ai pas l’habitude, voila bien un défi que je souhaitais relever avec...un autre pilote (vous en avez l’habitude).

Retour dans la BMW 2002 d’Eric Mossoux, celle qui nous a fait faux bond au Rallye du Centenaire (voir compte-rendu sur automag.be). Même si le but premier est de nous amuser avant tout, nous roulions pour remettre et Eric dans le bain avant le St Nicolas Rallye, dernière épreuve du Challenge FBVA, et tester la nouvelle boite de la BM.

Mons, 09H10, nous sommes à l’heure.

Le parking des Grands Prés est immense et nous avons déjà un peu de mal à nous y retrouver, au point que nous franchissons le portique de départ... à l’envers, sous l’œil goguenard de Bob. Le temps est gris et glacial. Eric cherche en vain après sa casquette, vous avez peut-être remarqué qu’il est quelque peu dégarni. Vite entrons dans le hall de la magnifique galerie commerçante. Accueil comme toujours sympa des secrétaires (Mmmmm !!), petit déj et retrouvailles chaleureuses avec les copains. C’est ça aussi le rallye.

Après un briefing détaillé, départ sous les commentaires éclairés de Jean-Pierre Amand (excellente idée) et au 2è signe, nous sommes dans les choux. Nous ne comprenons pas très bien la sortie du parking et nous ne sommes pas les seuls. Heureusement, le rond-point vers Ghlin nous remet dans le droit chemin, sans trop de problème. Nous en voyons déjà partir en sens inverse ???

La première page du road book impose d’être immédiatement attentif, certaines cases sont mélangées, des signes sont inversés ou sont sans orientation.

La deuxième page est encore pire, avec le mélange fléché et carte. Cette dernière, sans difficultés, se termine par le premier contrôle seconde et là JE DIS CHAPEAU. Quel piège ! Pierre Yves en a piègé plus d’un, et non des moindres (ils se reconnaîtront facilement). Eric et moi-même comprenons l’astuce, la petite route avant le contrôle, mais ne nous doutions pas être chronométrés à cet endroit, mais quelques centaines de mètres plus loin. En plus, je n’ai pas bien assimilé le "pivot à 30 secondes". Nous sommes pénalisés de 26 points, alors que dans mon esprit il s’agissait de 4 points. Les carottes sont cuites, les spécialistes sont sûrement devant et bien loin. Mais reste à voir les contrôles de passage, car entre les panneaux de l’organisation, les panneaux agglomérations, les triangles et les stops, vous imaginez bien qu’il est très facile de passer outre.

Après une cinquantaine de kilomètres, le break de 13h00 fait déjà du bien. Il fait grand soleil et comme d’habitude, Eric a déjà faim. C’est l’occasion d’échanger nos impressions et de voir que nous ne sommes pas les seuls à avoir fautés. Pierre-Yves et Bob nous préviennent, le rallye ne fait que commencer, ce qui n’est pas pour me déplaire.

La deuxième section est longue de +/- 120 bornes et pas moins de 2 cartes tracées et à tracer. Mon grand dada.

Endormis par une excellente assiette froide, par le soleil ambiant et par un début de parcours très facile, nous voici au départ de la première carte. Que voyons nous, de nombreux concurrents sont arrêtés au bord de la route pour analyser le parcours. A ne pas en douter, ce sont des spécialistes. En régularité, pas question, le chrono tourne.

Pourquoi ne pas faire comme tout le monde ? Et que vois-je ? Le gaucher a encore frappé. Les numéros à relier sont mélangés ou en double. Piège garanti. Et moi qui pensais que ce genre de difficulté n’existait qu’en régularité et en Experts. C’est avec beaucoup de plaisir que nous effectuerons le parcours. Plus d’une fois, nous croiserons les mêmes participants, nous en dépasserons d’autres qui ne veulent pas être suivis, nous non plus, d’autres qui demandent où ils sont. Nous avons beaucoup ri. Petite parenthèse, les routes empruntées étaient presque les mêmes que celles utilisées par le Rallye Infernal, que j’ai organisé au mois de mai.

Le deuxième contrôle seconde se passe beaucoup mieux : 2 points. Mais, je pense que nous avons loupé le stop juste avant l’arrivée. Pas bon. Nous n’étions pas au bout de nos peines, puisque le dernier morceau de bravoure allait nous faire tourner longtemps.

A la sortie de la dernière carte, pour vous permettre de retrouver vos esprits, le traceur fou nous a servi une page entière de cases non numérotées. Tirez votre plan. Pour ceux qui ont encore le road book, prenez-le. Le 1er signe, un T à choisir entre 2 solutions (forcément me diront les cartésiens) soit à gauche sans précision, soit à droite avec 10 entouré. Nous prenons à gauche, comme beaucoup d’autres. Une route à droite, prendre ou éviter. Nous évitons, car aucun signe à droite. Mais un numéro 43 au lieu de 45. Autre route à droite, avec un CP bien visible. Bizarre, nous croyons au piège et faisons demi tour jusqu’au point de départ... pour constater qu’un numéro 10 est inscrit sur le panneau de l’arrêt de bus. Allez, en avant dans l’autre sens, ce qui est une erreur.

Je vais en rester là, car nous allons patauger une demi-heure pour les 4 premiers signes, avant de partir sur la bonne base. Pierre-Yves, je t’ai maudit et chose rare chez moi, j’ai failli abandonner et rentrer à Mons. Quand on ne comprend pas, on ne comprend pas. Soudain, la lumière jaillit et en route.

Lorsque nous rejoignons Pierre-Yves et sa courageuse épouse, pour la reprise des feuilles de route, il est près de 18h30. Partis avec le n° 58, il n’y a encore qu’une dizaine de voitures contrôlées. Mais où sont-ils donc ?

Pour le passage sur la Grand Place de Mons, trop tard, le podium est en cours de démontage. C’est quand même assez fourbus que nous regagnons les Grands Prés, pour nous restaurer en attendant les résultats, qui à vue de nez, ne doivent pas être fameux.

La proclamation du classement en ordre inverse fait monter le suspense et s’est positivement étonnés et très contents que accrochons la 2è place.

Merci à toute l’équipe d’Automag de nous avoir permis de passer une très agréable journée, studieuse et pleine d’imprévus. Une maxime dit : "on apprend quelque chose à chaque rallye". Retenez la bien.

Félicitations à la majorité des équipages qui ont su démêler plus ou moins facilement les nombreux pièges du rallye (pas évident du tout). Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs leur place en régularité. Je les encourage à venir en tâter.

Bonne route à toutes et à tous.

Daniel Pigeolet.


Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


home        |        forum        |        Recherche

Automag © 2007 Privacy Policy Terms Of Use