AutoRetroMotoEventsClubForum
Automag






Boucles de Charleroi : une première bien menée ...

Première publication : 9 octobre 2006, mise en ligne: mercredi 11 octobre 2006, par Eddy Coppée

Boucles de Charleroi - 07 octobre 2006



Avec 44 voitures au départ le pari de Pierre-Yves Hendrickx et de son équipe était réussi.

Parmi les belles voitures l’on dénombrait quelques Ford Cortina, BMW 2002, Volvo et autres Porsche et Opel... et en invité surprise du rallye la présence de Robert DROOGMANS sur une Ford RS 2000 comme au bon vieux temps.

JPEG - 51.4 ko
Robert Droogmans retrouve sa monture d’antan ...
JPEG - 44.5 ko
Jean-Luc Fraikin, Chavan & Raymond Horgnies

Le rallye débute un peu dans le chahut des citadins carolo pas réellement habitués à voir circuler des voitures dans leurs beaux quartiers. Le tracé de Pierre Yves HENDRICKX est très pointu et les pièges se succèdent rapidement, trop peut être car le copilote n’a pas le temps de lever la tête. Entre notes et les calculs de moyennes sa tâche est loin d’autre facile. Ajoutons quelques CP judicieusement placés et vous comprendrez mieux le rôle primordial de l’homme de droite.

JPEG - 38.2 ko
gentlemen driver

La première bouche se termine à Florennes , mais déjà les troupes sont décimées avec quelques abandons notoires, perdus dans la région de Walcourt. Ils regagnent Florennes en libre.

JPEG - 35.2 ko
DROOGMANS-VANGRIEKEN

D’autres découvrent la discipline avec ses aléas ABELOOS nous confie « si je n’avais pas eu une voiture qui m’a guidé je crois que je tournerais encore » c’est vraiment dur. Vandervelden - Stroinovsky et leur Ami6 sont consternés « Nous étions habitués aux Légendes, mais ici, c’est une tout autre discipline ».

JPEG - 39.5 ko
DELINCE - NINANE

Lors de la halte, après la restauration des pilotes, on peaufine les voitures, on décoiffe les phares, on teste les essuie glaces car on ne sait jamais et on repart dans la nuit cette fois.

JPEG - 43.6 ko
petit nettoyage au regroup

Les soucis mécaniques se font aussi sentir d’autant que la nuit les phares sont plus que nécessaires dans ce genre d’épreuve qui part visiter les spéciales mythiques du Bianchi.

JPEG - 32 ko
VANDERVELDEN -STROINOVSKY sur Citroën Ami6 la plus petite cylindrée du rallye

Les pilotes vont aller de surprises en surprises, les spectateurs amateurs de rallye ont répondu présents et ils se retrouvent aux endroits connus que sont la gare de Sivry, le trèfle à Froidchapelle, le petit soldat à Thirimont.

JPEG - 32.6 ko
BEYERS - LIENNE

En petit groupes ils sont venus voir un spectacle qui leur manque. L’ombre du Bianchi est là, mais les vedettes d’hier ont laissé place à la régularité et plus au spectacle. Cependant les gloires d’hier comme Droogmans, Lareppe, Horgnies , Chavan laissent toujours rêveurs ces amateurs du sport auto.

JPEG - 33.1 ko
LAREPPE - PAUL

Dans les alentours de Beaumont les marches arrières et les demi-tours font faire rage. Il fait nuit, mais la pleine lune aide bien les concurrents car le road book de le seconde partie est à la hauteur du premier.

Ces CP judicieusement placés et les ronds point pièges finiront par lasser les moins tenaces qui couperont pour rentrer à Charleroi, tandis que les autres dans un dernier baroud contiendront énergie et calme pour terminer ces premières boucles de Charleroi jusqu’au bout.

JPEG - 27.3 ko
LEGAST-ERPICUM

Delince - Ninane nous racontent : « on avait perdu une note, on est resté dix minutes à chercher, mais on a fini par trouver. Tout le monde a un petit truc. Le tout est de le trouver. Au jeu il est vrai on prend des minutes... ». Leur obstination sera récompensée par une cinquième place. Même les locaux s’y mêlent les pinceaux : « Je suis dans ma région et j’ai roulé maintes fois au Bianchi et je me fais encore piéger » confiait Guy Burniat. Même avis pour Lempereur - Lalieu qui reconnaissaient le caractère trop compliqué : « J’ai même suivi Horgnies, il n’était pas mieux logé que nous ». D’autres équipages reconnaissaient la beauté du tracé : « les routes sont belles, mais dans ces conditions nous n’avions pas assez d’éclairage et on manque de puissance » (Henrard Borguet) .

JPEG - 44.1 ko
(photo Eric Driesen)

Munda et Fraikin les organisateurs des 10 heures de Huy reconnaissaient les difficultés proposées. "Chaque note est à analyser, dans les ronds point on doit réfléchir. Lorsqu’on a compris comment Pierre Yves fonctionne cela va mieux, mais il faut d’abord comprendre. Le découpage est bon, mais à Walcourt la circulation locale n’était pas le meilleur choix. J’en ai fait les frais j’ai été bloqué par un riverain".

JPEG - 31.5 ko
le public au rendez-vous sur les lieux mythiques du Bianchi

Fraikin reconnaissait les difficultés, « passer de la carte A à B avec une flèche dans l’autre sens, il faut penser à tout. Changer de la carte au schéma est aussi difficile ». Nos amis du Nord de la France les DUHAUT étaient satisfaits « Il nous manque de la puissance sur la CG (1200 CC) , c’est trop juste au niveau timing, mais le parcours est magnifique ».

JPEG - 34.5 ko
DUHAUT-DUHAUT

La mécanique aussi à ses raisons ainsi Evrard et la Volvo 122 se retrouvait six fois en panne. Daniel Pigeolet était obligé de s’arrêter son pilote avait des crampes et il ne pouvait continuer sans risquer l’accident ... Trois minutes s’envolaient .

Minguillon un habitué des « légendes » est aussi surpris : « je suis dans un jour « sans », je connais l’approche de Pierre-Yves... et pourtant ! C’est mon second rallye de régularité après le Tour du Hainaut, mais je suis content d’être là ».

JPEG - 32.9 ko
MINGUILLON-BERTAZZO

A Charleroi une fois le carnet remis les concurrents pouvaient se restaurer en attendant la remise des prix. Les uns et les autres y allant de leurs commentaires. Les plus expérimentés aussi ont peiné Beyers - Lienne rentraient sans plaquettes de frein : « C’est un parcours trop soutenu on n’a pas une minute de répit, pour te donner un exemple on a eu une fois 3 minutes d’avance mais on a pris une fois quinze minutes » .Ils termineront 13ème .

JPEG - 43.2 ko
la Cortina GT des vainqueurs

Un beau podium avec THYS - MOORS et leur Cortina GT sur la plus haute marche ; ils ont bagarré ferme et se sont souvent retrouvé dans les premiers ouvrant la route. De même pour MAROIT - HAYEZ un peu limité en puissance (une TOYOTA 1000) ils sont récompensés par leur perspicacité avec une belle 3ème place. En 2ème place nous retrouvons LEGAST - ERPICUM, malgré des soucis mécaniques d’alternateur et donc... de phares, et le fait qu’ils ne disposaient pas d’une loupe (très utile pour les cartes) ils sont seconds.

JPEG - 16.3 ko
pleine lune pour la première des Boucles de Charleroi !

La soirée se terminait tardivement , mais concluait un joli coup d’essai des organisateurs, qui savent dès à présent qu’en 2007, il faudra adapter le tempo et éviter les zones riveraines, deux choses importantes mais pas très difficiles à corriger.

Eddy Coppée

Album photo des Boucles de Charleroi 2006


Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


home        |        forum        |        Recherche

Automag © 2007 Privacy Policy Terms Of Use