AutoRetroMotoEventsClubForum
Automag






2èmes LEGEND BOUCLES DE SPA à bord de la Ford Escort n°111

vendredi 16 février 2007, par Bruno Sacré

Legend Boucles de Spa 2007



Les Boucles de Spa ! Qu’est-ce que je m’y suis gelé quand j’étais plus jeune en attendant le passage de mes idoles dans les spéciales ! Et le comble, c’est qu’en 25 ans de participations à bon nombre de rallyes modernes ou historiques en Wallonie, jamais encore je n’avais pris le départ de la célèbre Clémentine !

Donc, en une demi heure, le jour de la Saint Nicolas (comme quoi il passe parfois pour les grands...) j’avais réussi à ressortir mon vieil ami Alain Legaz de sa retraite de copilote et à convaincre mon autre ami, Pierre Sohet, de me prêter sa Ford Escort RS2000 Mk1, une bonne auto à laquelle j’avais consacré un essai dans les colonnes d’Oldtimer Plus trois ans plus tôt et que j’avais déjà pu piloter à quatre reprises.

Invités par Automag à partager le chapiteau des VIP, nous avons attendu que notre Escort estampillée du numéro 111 sur 167 partants puisse se présenter sur le super podium de départ commenté par l’indémodable Jean-Pierre Amand qui, comme de coutume et de façon inimitable, annonce "encore un équipage sur le podium... !"

Une courte liaison plus tard, nous enfilions nos casques pour le départ de la première spéciale de ces 2èmes Legend Boucles de Spa : Creppe. Nouvelle sensation pour moi que d’expérimenter le concept que je prône depuis longtemps : à savoir, des RT sur routes fermées. Donc, moins de risques pour les autres usagés mais une plus grande implication dans le pilotage ! Que du bonheur !

Zut, mon casque cogne sur la latérale supérieure de l’arceau et je dois pencher la tête vers la droite. Tant mieux car un coup de fusil chasse à hauteur de mon tympan droit l’a endommagé et nous n’avons pas d’interphones. Alain fait donc de son mieux pour que je l’entende. C’est à dire qu’il s’égosille !

JPEG - 37.9 ko
Photo : www.objectifphoto.be

Habitué aux régularité classique, j’essaye de maintenir la moyenne de 50km/h mètre après mètre. Je n’ai pas encore compris qu’on peut y aller franchement et je me retiens tout au long de la spéciale. Et nous pointons avec 11 secondes de retard.

Après le tourniquet de la Redoute Show, (où nous faisons un tour de trop qui nous coûte 1 minute 38 !), les choses sérieuses commencent avec la spéciale tracée dans le domaine militaire de Marche-en-Famenne... Et je m’obstine encore a rouler à 50 de moyenne partout.

Après une petite assistance, la fanfare du regroupement à Hotton fait ce qu’elle peut pour nous faire patienter une longue heure trente et c’est repartis pour un tour de manège dans le camp militaire. Mais cette fois, Stephane Prevot m’a expliqué que je peux m’amuser ! La Ford préparée par Pierre Sohet tourne comme une horloge. Un peu barrée en puissance, elle s’avère néanmoins parfaitement homogène pour ce type de parcours et je ne me prive plus de la mettre en travers en prenant toute la largeur de la route, vu que pour une fois, je ne risque pas de croiser le curé de la paroisse locale en sens inverse ! On se paye une belle passe d’arme avec la Mazda RX/7 de Bellot et la NSU de Robinet pendant de longues minutes de bonheur.

En route vers le tobogan ardennais. A Francorchamps, la nuit est complètement tombée et le ballet magique des phares comme à la belle époque peut commencer, mais nous ne nous amusons pas trop. Le tracé étroit sur la partie intérieure du circuit est sans grand intérêt et il faudrait 300 chevaux dans la remontée des Combes pour rigoler. En plus, nous nous plantons grossièrement dans la moyenne. Et hop, encore une belle pénalité ! Nous pointons avec 2 minutes 42 en avance !

Et voilà enfin la tant désirée Clémentine (pas Célarié, l’autre !). Petit serrement de gorge en me rappelant que c’est ici que mon papa m’emmenait voir les voitures de rallye quand j’étais gosse... 5,4,3,2..1, GO ! Et notre brave Escort s’élance à l’assaut de ce monument (non, toujours pas Célarié, l’autre !). Quelle belle spéciale et quel bonheur de voir l’engouement des spectateurs ! J’en remets un peu pour leur faire plaisir et surtout, je ne boude pas le mien !

Ensuite, à partir de la première rentrée à Spa, le marathon commence. L’organisateur rattrape son retard, le repas doit être avalé en dix minutes (dommage pour les boulettes, elles avaient l’air bonnes) et les liaisons deviennent... dangereuses ! Gare aux retraits de permis !

A 1 heure du matin, il reste encore du travail à abattre. Partout, encore et encore des spectateurs ! Géniale, cette ambiance de début des années 80 !

La Ford ronronne de bonheur. Aux assistances, essence, pare-brise. C’est tout. Pierre Sohet s’ennuie un peu.

Dernière spéciale. La Clémentine. Il est 3h00 du matin et il y a encore des gens et des feux !

Parc des Sept Heures. Je suis crevé. Mon équipier aussi. La Ford est intacte et a bien tenu le coups. Comme de coutume lorsque nous sommes à l’arrivée nous nous congratulons mutuellement. Nous avons pris un pied gigantesque !

Il nous reste à ramener l’Escort par la route... sans les phares.
 Dis, Alain, t’as déjà fait les 24h du Mans avec un non-voyant ?
 Non, mais je viens de faire les Boucles de Spa avec un drôle de type !

Pour sûr, on reviendra !

Bruno SACRE

 A lire aussi :Lettre à mon père
 2èmes Legend Boucles de Spa à bord de la Ford Escort n°111
 Legend Boucles de Spa DUEZ revient dans la légende
 La magie des Boucles de Spa et sa célèbre Clémentine opère toujours


Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


home        |        forum        |        Recherche

Automag © 2007 Privacy Policy Terms Of Use