AutoRetroMotoEventsClubForum
Automag






Rondes en pays du BUECH : La gagne à LARAGNE !

vendredi 4 mai 2007, par Raymond COLLIGNON

Rondes en pays du BUECH - 14 & 15 avril 2007



La gagne à LARAGNE !

Nous sommes bien aux pieds des hautes Alpes, juste avant qu’elles ne deviennent inaccessibles, il y encore de la douceur ici... pommiers en fleurs alignés dans les vallées, pluie traversière tombant sur les montagnes mal éveillées encore blanches aux sommets...

C’est dans ce décor, entre coulées de laves pétrifiées et rochers escarpés que la ville de Laragne reçoit un cinquantaine de voitures prêtes à participer aux premières rondes en pays du Buech.

En réalité c’est une vieille connaissance, Fred Corneo et son équipe qui organise l’épreuve pour le club local auto sport du Laragnais spécialisé depuis plusieurs années dans l’organisation d’un rallye « moderne ».

La région est donc traditionnellement « rallye » avec quelques étapes classiques bien connues des amateurs du Monte Carlo.

En plus de la BM Automag, nous retrouvons là une série d’habitués surtout Français au volant de très belle sportives, Porsche, Lancia, Opel Kadett GTE, Cooper, Alfa et bien sûr, dame France oblige, les sempiternelles Alpines, Peugeot, Renault, Citroën...

JPEG - 40.9 ko
Pluie sur LARAGNE, les voitures de course attendent

Au volant, quelques vieilles connaissances très sympathiques : Blanchard , Benacchio, Klein, Tarabbia, Vignal tous le couteau entre les dents car, dès le briefing, les choses sont entendues, le rallye sera plutôt tendance sportive avec en plus une belle étape de nuit.

Samedi 14 avril tout de suite la montagne.

La mise en jambe n’est pas mal, cinq étapes spéciales pour la matinée dont le fameux Col Saint Jean.

La navigation, comme souvent en pays montagneux n’est pas très compliquée, par contre quand on joue le jeu du secret, il faut vraiment être très attentifs au respect des moyennes, toutes situées au maximum des fourchettes autorisées.

JPEG - 47.5 ko
Fred CORNEO, organisateur, Alain PATRICE, journaliste à LVA. Tout le monde est confiant avant le départ

Il y a plusieurs prises au vol par spéciale, les contrôleurs sont souvent bien cachés, dans des endroits propices aux erreurs et où les « grands de gaz » sont nécessaires.

Bien que très loin de nos « bases », nous limitons les dégâts à ce petit jeu puisque à notre grand étonnement nous nous classons quatrième du général après cette matinée. Il y a quand même eu une petite centaine de kilomètres de spéciales sur routes ouvertes à la circulation où évidemment tous les concurrents ont du éviter les pièges classiques de ce genre d’épreuve... croisement difficiles, dépassement hasardeux, troupeaux en vadrouilles...

Heureusement, la montagne est relativement désertique. Il n’y a pratiquement pas de villages, on peut ainsi « jouer » ici avec un maximum de sécurité tout en se faisant plaisir. C’est ce qui fait d’ailleurs le plus grand charme de ces régions nettement moins peuplées que notre Nord sur-habité. Rien que pour cela, le déplacement en vaut largement la peine.

Les organisateurs sont très attentifs à l’ aspect sécuritaire des choses. Les prises se font toujours dans des endroits où l’on peut avancer sans mettre en péril la vie des autres, les villages sont évités comme la peste pour les parties « rapides ».

Dans les vallées, les policiers sont, omniprésents, jumelles magiques en permanence dirigées vers ces drôles de veilles voitures avec leur numéros sur les portes. Le rallye ici reste toléré sans plus, les préfets donnent leurs autorisations avec parcimonie, le moindre excès d’un concurrent peut avoir pour l’avenir de l’épreuve des conséquences désastreuses.

JPEG - 35.5 ko
Les routes sont très étroites et sinueuses, quelques fois, elles passent entre des coulées de laves pétrifiée, d’autres fois, elles s’enfoncent dans des gorges aux allures de gouffres...

Heureusement, dans les zones plus sauvages où les choses sérieuses se passent, il a tellement peu de lignes droites que les technologies modernes, bouffeuses de points sur les permis Français, sont totalement inefficaces.

Là, au moins, les belles mécaniques peuvent un peu parler sans gêner personne sinon quelques cabris.

Après cette première matinée et un excellent repas de gastronomie locale, nous repartons pour la belle étape de l’après midi.

La pluie du matin a cessé, le ciel s’est éclairci, nous sommes entre Drôme et Alpes, la Durance coule à quelques kilomètres à l’est, cela faisait quand même mauvais genre cette grisaille sur le midi, le monde, étouffé de CO2, tourne à l’envers mon bon Monsieur !

Il y a de nouveau quatre spéciales au menu de plus ou moins cent kilomètres pour cette après-midi.

Les routes sont très étroites et sinueuses, quelques fois, elles passent entre des coulées de laves pétrifiées, d’autres fois, elles s’enfoncent dans des gorges aux allures de gouffres...

Nous retrouvons des nom connus des grandes spéciales mythiques, Fouillouse, col de la sentinelle. La BMW est parfaite dans ce genre de décors, juste assez puissante et parfaitement maniable, elle obéit au coup de gaz comme une Bavaroise délurée mais fidèle.

Nous faisons peu d’erreurs, c’est presque trop beau. Pas de troupeau de moutons pour nous bloquer, pas de tracteurs, pas de maman en quatre quatre conduisant les petits chéris à l’école à trente à l’heure !

Il faut évidemment une bonne dose de chance car d’autres amis comme Bennacchio et Rey seront eux bloqués le lendemain avec leur Porsche par un monstre avec une remorque indépassable sur ces petites routes sans prendre de risques.

JPEG - 42.4 ko
La Fiat 126, celle d’un équipage local REYNIER - PASCAL, deux dames Laragnaises

La belle nuit de LARAGNE.

Les rallyes de Fred Cornéo ont en général des belles parties nocturnes. Quand à nous, c’est le moment que nous préférons. La nuit, c’est indéniablement moins dangereux même si, par contre, il faut avoir des yeux de chat pour deviner où va la route au détour des rochers, après les sommets masqués ou le « long droit qui se resserre »...

Nous avons bien roulé l’après-midi. Nous sommes classés troisième derrière la Cooper de Martine Klein et la Porsche de Philippe Benacchio.

Adrien peaufine sa navigation, il compense le patinage, les trajectoires trop tendues, avec un art de l’estimation qui devient , avec l’expérience, quasi scientifique.

Il n’y a que cinquante sinueux kilomètres de spéciale programmés pour cette nuit finalement relativement courte.

JPEG - 49.4 ko
Adrien FELOT très concentré avec sa chemise AUTOMAG. Michel FERRAND s’occupe de notre assistance

Heureusement pour nous, une fois de plus, les conditions obscures nous ont porté chance. Les prises de temps étaient nombreuses et bien placées dans les difficultés techniques les plus grandes. A ce petit jeu là, la Bm Automag est efficace, elle accélère fort, a de bon phares et tient très bien la route... que faut il de plus pour faire la différence ?

En tous cas, quand nous rentrons vers minuit nous avons la sensation d’avoir bien roulé même si nous n’avons aucune idée de notre classement. Il a fallu mettre « godasse » plusieurs fois et, à ce petit jeu, les Porsche, Kadett et autres Cooper sont très fortes aussi en montagne.

Le rallye est impeccable : Road Book et découpages parfaits, routes serpentant à souhait, nuit claire sans brouillard. C’est agréable de rouler ainsi, nous faisons comme si nous étions du coin, nous prenons même l’accent du midi pour nous parler mais, ce n’est que du bluff , en réalité, devant le capot, c’est quand même l’inconnu !...

JPEG - 71 ko
La BM à l’attaque dans les gorges. Que du plaisir !

Dimanche 15 avril, le beau temps revient.

Grand ciel bleu, le beau temps est revenu sur Laragne.

La nuit, l’ air de rien a fait des dégâts : petites sorties de route, casses mécaniques, erreurs de navigation, tout le monde a son histoire à raconter. C’est toujours plus gai dans l’obscurité, la moindre galère devient alors vite une belle aventure au clair de lune.

Lorsque Fred Cornéo, fatigué après tant d’heures de calculs, amène les résultats, il a son célèbre sourire moqueur en coin.

Nous avons pris la tête du rallye avec pratiquement trente secondes d’avance sur le second, notre cote est donc au mieux en pays Laragnais !

-« Ha les Belges, la nuit, vous avez des yeux de chat ! »

De la part des amis Ardéchois VIGNAL et ABATTU sur leur BM cette boutade lancée en rigolant est un vrai compliment.

En tous cas, nous avons maintenant la pression sur les épaules au départ de cette dernière matinée de rallye.

L’air de rien nous avons déjà caracolé un dizaine d’heures par monts et par vaux, ce n’est pas maintenant le moment de se déconcentrer...

Et c’est ce qui arrive... dès la première spéciale de ma faute, nous hésitons à deux endroits, nous avançons même quelques mètres dans un mauvais chemin.

Le road book est irréprochable mais nous ne comprenons pas quelques subtilités de schémas, cela suffit pour nous perturber !

JPEG - 41.1 ko
Autre cerise sur le même gâteau, nous parcourons deux fois les gorges de la Méouge en spéciales

Heureusement, pour compenser ce stress inutile, les organisateurs nous ont fait un superbe cadeau : le col Saint Jean, sur route fermée en conduite libre !

Il faut bien avouer que, même si l’on nous a demandé d’être sages, nous n’avons pas toujours obéi, mais c’était pour notre plaisir et celui des commissaires alignés le long de la route pour la bloquer à la circulation riveraine !

Il paraît que les temps réalisés par cette troupe de furieux avec leurs drôles de voitures sont loin d’être ridicules...ils sont gardés secrets.

Autre cerise sur le même gâteau, nous parcourons deux fois les gorges de la Méouge en spéciales. Cet endroit sinueux, étroit et sauvage est un des plus beau du coin.

Malheureusement, le croisement de troupeaux de motards y gâte un peu le plaisir sans parler des vélos qui se mêlent sans vergogne à ces folies dominicales !

Pour quatre secondes, nous gardons la tête ! La BM automag gagne !

Il s’en est fallu de peu, mais finalement nous restons classés en tête de ce rallye avec la Cooper de Klein et Vincent à 4 secondes ! Ces amis du club Laragnais historique, dans leur jardin, ont été logiquement beaucoup plus réguliers que nous la dernière étape en nous reprenant une vingtaine de secondes là où nous galérions dans les pièges.

Enfin, le seul équipage Belge au départ a remporté la première édition de ce très beau rallye, nous en sommes très fiers et ne boudons pas notre plaisir.

JPEG - 43.6 ko
Remise des prix. C’est la bouteille de vin que Raymond lève même si la coupe est aussi appréciée. Adrien rigole ...

Pour l’année prochaine, Fred Cornéo annonce encore une plus longue étape de nuit, cela promet !

Nous nous réjouissons déjà de remettre à cette occasion notre titre en jeu en espérant que d’autre pilotes Belges nous rejoindrons pour participer à cette belle aventure en pays Laragnais.

Raymond Collignon.

Le rallye roulait aussi pour une bonne cause, la lutte contre la leucémie pour que tout le monde puisse avoir la chance de bénéficier d’une greffe de moëlle osseuse www.association-gael.org

JPEG - 42.2 ko
Raymond COLLIGNON et Madame Joëlle de JOUVANCOURT. Le rallye roulait aussi pour une bonne cause, la lutte contre la leucémie pour que tout le monde puisse avoir la chance de bénéficier d’une greffe de moëlle osseuse www.association-gael.org

CLASSEMENT

 1. COLLIGNON - FELOT BMW 2002TI Team AUTOMAG.BE
 2. KLEIN - VINCENT INNOCENTI COOPER Team AUTOSPORT HISTORIC DU LARAGNAIS
 3. BEACCHIO - REY PORSCHE CARRERA 3.0

32 voitures classées

 liste des engagés

 DROME AUTO PASSION Organisations

 Contact :
 DIMENSION SPORT PROMOTION
 Chemin de la touche 26780 Chateauneuf du Rhone
 Tél. / Fax : 04 75 90 88 95 - Mobile : 06 13 51 10 93
 E-mail : dimension-sport-promotion@wanadoo.fr


Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


home        |        forum        |        Recherche

Automag © 2007 Privacy Policy Terms Of Use